Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘psychothérapie’

How to Avoid Destroying Emotions when Tracking Body Sensations?

How to Avoid Destroying Emotions when Tracking Body Sensations?

by RAJA SELVAM, PHD

Summary: The paper explains how tracking of body sensations can eliminate emerging emotions and then offers  ways of working more effectively with emotions in the body to improve not just emotional outcomes but also cognitive, behavioral, relational, and spiritual outcomes in all therapeutic modalities.

1. The Problem

1.1 How tracking body sensations can be helpful in body psychotherapy

Tracking of body sensations is becoming a popular tool for working with the body in psychotherapy.  It is indeed a powerful technique. When the brain consciously tracks the body in great detail, two things happen at the same time. The brain receives more information about what is happening in the body and the brain allocates more higher-brain neurological resources to regulate the body. Therefore, conscious tracking of body sensations can be extremely effective in regulating the physiology. Given that clinical populations show increasing levels of physiological dysregulation, tools such as tracking of body sensations that promote regulation can be very useful in therapy.

Tracking of body sensations, because it regulates the body, can also undo the defenses in the body against emotions and make the emotions more available. And it can provide emotional regulation by stabilizing the body experiencing an overwhelming emotion. Therefore, tracking of body sensations can also be a useful tool in working with emotions.

1.2 How tracking body sensations can be hurtful in body psychotherapy

The more detailed the tracking of the body, the more the body gets regulated down to states of rest and relaxation. While these outcomes might be desirable for those who chronically suffer from high levels of arousal or other kinds of extreme dysregulation, they can destroy emerging emotions; and compromise the formation of relevant cognitions and behaviors in relation to those emotions. Approaches that use detailed tracking of body sensations as the primary tool appear to be unaware of this downside of the technique for a good reason: The scientific knowledge that sheds light on why detailed tracking of body sensations can destroy emerging emotions and compromise the formation of relevant cognitions and behaviors does not appear to be widely known even in body psychotherapy circles.

1.3 How emotions are generated in the body

According to the science of the physiology of emotions, pleasant emotions in the body are generated from placing different systems in the body (such as the muscular system and the autonomic nervous system) into states of regulation; and unpleasant emotions in the body are generated from placing them into varying states of dysregulation and stress (Damasio, 2003; Sapolsky, 1994). If you have trouble imagining this, think of the last time you fell in love and of the heartache you experienced from the subsequent breakup.

1.4 How emotions and sensations are related in the body

In the body, emotions are meaningful patterns of sensations. They can be likened to the picture of a woman carrying an umbrella in an impressionistic painting. The thousands of dots that make up the woman’s image can be likened to the individual sensations that are aggregated and mapped on a higher level in the brain (as the image of the woman with the umbrella). The brain constantly maps the body at different levels of detail (Damasio, 2004). In general, higher order maps such as emotions are theoretically easier to sense in the body than the lower order maps of individual sensations from which they are aggregated. However, it is psychologically harder to make emotions conscious than the sensations that make them up because emotional experiences need much inner and outer support.

1.5 How tracking sensations can interfere with emotions in the body

Detailed tracking of body sensations in a mindful (non-reactive) manner leads to the down regulation of the body. But unpleasant emotions in the body are by definition states of stress and dysregulation in the body. Therefore, it can be understood that resorting to tracking body sensations when difficult emotions arise can compromise, if not destroy, the very emotions as they are forming.  This is akin to going so close to the impressionistic painting that one can see only the dots. The woman with an umbrella is no longer there. At times this is often misunderstood as having completed one’s work with emotions just because they are no longer there and the body is peaceful.

For the same reasons, the strategy of alternating the tracking of emotions and sensations and the strategy of tracking them both at the same time in the body can compromise work with emotions. It is akin to trying to turn up a flame and to turn it down at the same time while cooking something. In addition, our working memory capacity is rather limited. To appreciate the neurological difficulties involved in these strategies, just imagine holding the image of the woman with the umbrella and all the dots that make her up at the same time or quickly alternating between the two in your awareness.

1.6 How tracking sensations can damage sensorimotor emotions in particular?

Emotions have been classified into primary emotions such as happiness and sadness, secondary emotions that are combinations of primary emotions (such fear and shame mixing to form guilt), and sensorimotor emotions, psychologically meaningful body states such as feeling good and bad or attraction and revulsion psychologically in a situation. Sensorimotor affect states are more common than primary and secondary emotions. They can be likened to the trunk of the tree of affect with primary and secondary emotions likened to the leaves and the flowers. But sensorimotor affect states have been neglected in psychotherapy because psychotherapists have historically paid little attention to what is happening in the bodies of their clients.

Sensorimotor emotions require the tracking of body states in a meaningful way in relation to a situation. Detailed tracking of body sensations without attending to the meanings embedded in the form of sensorimotor emotions neglects important and more common aspects of emotional experience; and can destroy sensorimotor emotions even more than primary or secondary emotions because the latter are more understood and attended to in therapy. The loss of sensorimotor emotions is not only a significant loss of an important aspect of every emotional experience, its very base or trunk,  but also carries the risk of the loss of primary and secondary emotions.

And, over time, detailed tracking of body sensations can become automatic response patterns to thwart the formation of emotions especially unpleasant ones. Detailed tracking can even become a learned defense against emotions as observed in systems that use detailed tracking of body sensations as a primary tool for working with the body. This, by the way, is also true of other tools that are used to regulate the body such as looking for good places in the body to soften bad experiences in other places. In fact, any tool for working with the body, such as touch, breath, tracking energy in and out of the body, voluntary or involuntary movement, and positive imagery or memory, will have the same effect if the intent behind their use is one of down regulation of the physiology.

Unfortunately, psychology appears to be increasingly in the grip of the psychiatric point of view that the resolution of psychological problems lies primarily in the regulation of the physiology. This tendency has also increased the use of tools such as detailed tracking of body sensations more for regulation (especially down-regulation) than for other purposes such as undoing defenses, accessing and supporting unconscious content, and developing a capacity in a person for the ups and downs of life, to resolve current symptoms as well as to develop resilience for the long run.

2. The Solution

2.1 How are emotions, body, and psychophysiological symptoms related?

Overwhelming emotions can shut the body down and lead to physical, cognitive, affective, behavioral, relational, and spiritual symptoms. And they can stress and dysregulate it towards psychophysiological (psychosomatic) symptoms. This is particularly true for unpleasant emotions that are, by definition, states of dysregulation and stress to begin with. It is often the inability to tolerate unpleasant emotions that shuts the body down or further stresses and dysregulates the body to cause psychosomatic (psychophysiological) symptoms, even serious ones such a chronic fatigue and fibromyalgia. The Psychophysiologic Disorders Association in the US estimates that as many as two-thirds of symptoms for which people seek medical help are psychological in origin.

Psychologically, it is the ability to experience and tolerate an emotion that allows it to heal. It is when one can get to a place of sensing a heartache as something that one can live through that it becomes possible to keep one’s heart open for engaging others more fully in the future. It is when one can tolerate an emotion that one can stay with the information in the form of emotion long enough to process it cognitively and behaviorally. Otherwise, one might resort quickly to meaning making or acting out behaviorally as a defense against emotions.

The basic problem in psychotherapy, psychoneuroimmunology, and psychopathology is the lack of affect tolerance (Stolorow et al, 1995; Pert, 1999). The primary determinant of the outcomes of a person’s attempts to separate, differentiate, and individuate as well as an individual’s ability to relate to others and to the collective levels of one’s psyche is the capacity to tolerate opposites in one’s experience (Jung, 1960). The ability to grow personally as well as spiritually is constrained by a person’s inability to tolerate opposites in one’s experience. (Dayananda, 2002). And what often makes any psychological experience unbearable is the emotion associated with it.

2.2 How can the body be used as a container for emotions and for building affect tolerance?

The experience of an emotion can potentially involve the entirety of one’s brain and body physiology (Damasio, 2003; Pert, 1999). The whole body can therefore be used as a container for creating a greater capacity for experiencing and tolerating emotions over a longer period of time to heal them; and for generating more cognitive and behavioral information from the greater emotional information available for a longer period.

Some therapeutic and spiritual approaches do recommend ‘staying with’ uncomfortable experiences till they ‘transform’ as a strategy for healing. But just staying with an emotion wherever it shows up in the body does not necessarily lead to a greater quantity of it or a greater capacity for it. In fact, it can stress and dysregulate the body further and create psychophysiological symptoms. For example, one can develop respiratory or cardiovascular symptoms from ‘just staying with’ grief or heartache in the heart and lung areas where they often show up first. To avoid such risks, one needs to know how to increase, deepen, and expand the emotion in the body and, at the same time, regulate the body in such a way that the body does not get too dysregulated from the emotion or too regulated that the emotion is destroyed.

2.3 What is needed to work more effectively with emotions, cognitions, and behaviors through the body?

What is needed is a better way to work with emotions in the body. Emotions have to be supported psychologically on the inside and more importantly from the outside while the body is worked with in relation to them. Work with the body during an emotional experience has to able to undo the body’s defenses against emotions and make them easier to access for processing. It also has to be able to manage the extreme stress and dysregulation in the body so that the emotional experience is more bearable. At the same time, it has to ensure that the body is not excessively regulated so that the very emotional experience one is working with is not destroyed. Tools such as detailed tracking of body sensations that tend to regulate the physiology quickly either have to be avoided or used with due diligence so that they are not used at cross purposes when one is working with emotions.

Also, to work effectively with emotions through the body, one has to understand how emotions are generated and defended against in different layers (muscle, organ, and nervous system) of the body; how emotions are related to cognitions and behaviors; and what has to happen in a person’s process and body for emotions to heal and for emotions to be of further use in forming relevant cognitions and behaviors.

2.4 What do emotions have to do with cognition and behavior?

Availability of emotion improves a person’s behavior. Research shows that a person who has access to emotion is not only able to generate more relevant behavioral alternatives but is also better at choosing the best course of action to deal with a situation (Damasio, 1994).

Research also shows that embodiment of emotion, defined as expansion of emotion in the physiology, improves a person’s cognition about a situation (Niedenthal, 2007). That is, a person with emotions is better able to name the emotion and makes sense of the emotion by associating it to the appropriate context for it.

Longitudinal research in the UK has shown that children who are better at managing emotions do better as adults not only in their personal lives but also in their professional lives.

2.5 How can Integral Somatic Psychology (ISP) help in working with emotions, cognitions, and behaviors?

Integral Somatic Psychology™ (ISP™) is based on affect theory, the science of the physiology of emotions, the science of the physiology of regulation, and principles of energy psychology. ISP offers a complementary approach for working with emotions using the body as a container to improve cognitive, emotional, and behavioral outcomes in any therapeutic modality.

The core strategy in ISP is embodiment of emotional experiences. And, rather than rely on a more complex tool of detailed tracking of body sensations with its attendant problems, ISP uses simpler tools of self-touch by client, breath, and voluntary movement that are easier for both therapists and clients to adapt to across therapy settings.

2.6 How is embodiment of emotion defined in Integral Somatic Psychology (ISP)? 

In the Integral Somatic Psychology (ISP) approach, the ability to experience different emotions  (primary, secondary, and sensorimotor) in as much of the body as possible and the ability to tolerate them as long as possible are defined as the two most important aspects of embodying emotions (with the ability to make sense of them and the ability to express them as its third and fourth aspects).  Expanding and tolerating emotions in the body is a missing piece even in traditional body-oriented Reichian and Neo-Reichian psychotherapies. To learn more details about the theory and practice of this effective paradigm-shifting complementary approach, please visit integralsomaticpsychology.com.

 

References

Damasio, A. (1994). Descartes’ error: Emotion, reason, and the human brain. New York: Penguin Books.

Damasio, A. (2003). Looking for Spinoza: Joy, sorrow, and the feeling brain.  Orlando, FL:Harcourt, Inc.

Dayananda, S. (2002). The teaching of the Bhagvad Gita. New Delhi: Vision Books.

Jung, C. G. (1960). The structure and dynamics of the psyche. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Pert, C. (1999). Molecules of Emotion: The science behind mind-body medicine. New York: Simon & Schuster, Inc.

Niedenthal, P. (2007). Embodying emotion. Science (316), 1002-1005.

Sapolsky, R. M. (1994). Why Zebra’s don’t get ulcers. New York: Holt Paperbacks.

Stolorow, R., Brandchaft, B., & Atwood, G. E. (1995). The psychoanalytic treatment: An intersubjective approach. New York, NY: Routledge.

Des solutions existent pour remplacer les psychotropes

Aujourd’hui, on avale un comprimé d’anxiolytique presque aussi facilement qu’une gélule de paracétamol. À tort : des alternatives existent à la consommation abusive de médicaments. 


Un Français sur cinq consomme au moins une fois dans l’année un médicament psychotrope (antidépresseur, tranquillisant, somnifère ou neuroleptique), d’après une expertise collective de l’Inserm publiée en 2012. L’Hexagone se place ainsi dans le peloton de tête des pays européens consommateurs de psychotropes, et tout d’abord des anxiolytiques.

«La consommation de ces médicaments s’est banalisée, constate le Pr Bernard Granger, responsable de l’unité psychiatrique de l’hôpital Tarnier, à Paris. Mais ces prescriptions ne sont pas toujours justifiées.» «C’est devenu une solution de facilité, ajoute le Dr Jean-Paul Chabannes,psychiatre et psychopharmacologue à la faculté de médecine de Grenoble. Aujourd’hui, il est fréquent que des médecins prescrivent du Lexomil ou du Xanax à des sujets anxieux.» Problème: le symptôme est traité – efficacement d’ailleurs – mais la cause du trouble, elle, persiste. 


Attention aux effets secondaires


Autre inconvénient majeur des psychotropes: leurs effets secondaires. Les benzodiazépines pour calmer l’angoisse ont des effets délétères, s’ils sont pris au-delà de six semaines, surtout chez les personnes âgées car ils sont myorelaxants, c’est-à-dire qu’ils détendent la fibre musculaire à tel point qu’ils favorisent le risque de chute. De plus, ils agissent sur les fonctions cognitives et ralentissent le processus de mémorisation, voire faciliteraient la survenue de démences.

« Aujourd’hui, on supporte de moins en moins le mal-être»

Et la prise prolongée de somnifères et d’anxiolytiques provoque un effet d’accoutumance dont il est très difficile de se débarrasser. «Quand on se plaint de mal dormir, le généraliste pense automatiquement à prescrire un hypnotique. Mais ces médicaments entraînent les mêmes effets néfastes que les anxiolytiques et ne laissent aucune chance au cerveau de se rééduquer sur le plan du sommeil», regrette le Dr Chabannes. D’ailleurs, ce traitement n’est officiellement autorisé que pour une durée d’un mois.

«Attention toutefois à ne pas diaboliser ces traitements, nuance le Pr Granger. Quand ils sont apparus dans les années 1950, les psychotropes ont constitué un tournant et ont amélioré très notablement l’évolution et le pronostic de nombreux troubles mentaux, à commencer par les plus graves.» Sans anti-psychotiques, les personnes atteintes de schizophrénie verraient leur système cérébral se dégrader rapidement.

«Aujourd’hui, on supporte de moins en moins le mal-être. Cette recherche absolue de bien-être a précipité la population dans la consommation de ces médicaments qui ne servent qu’à améliorer l’ordinaire. Mais ils sont générateurs d’un pseudo bien-être», regrette le Dr Chabannes.


Renoncer aux stimulants


Quand les psychotropes ne sont pas une nécessité première, ils peuvent être remplacés. Les techniques non médicamenteuses sont particulièrement intéressantes dans le traitement des troubles du sommeil. En cas d’endormissement tardif par exemple, la rééducation est possible dans un centre spécialisé, mais elle prend du temps. Sans oublier les mesures d’hygiène et de diététique classiques mais éprouvées. Éviter les repas tardifs et trop riches (le mécanisme de digestion peut empêcher de dormir car il met le corps en éveil), renoncer aux stimulants (alcool, tabac, caféine, théine), privilégier les douches fraîches (en faisant tomber la température corporelle, elles facilitent l’endormissement), ne pas utiliser d’écrans avant le coucher (ils stimulent l’activité corticale, qui se poursuit même une fois l’appareil éteint). Des recommandations bien connues, mais payantes!

Les psychothérapies non réalisées par les médecins psychiatres ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale, alors que les médicaments, eux, sont pris en charge.

«Contre la dépression dans ses formes légères, la psychothérapie est particulièrement bénéfique. C’est certes plus long, mais plus efficace», note le Pr Granger. Une solution plus coûteuse aussi. Les psychothérapies non réalisées par les médecins psychiatres ne sont pas remboursées par la Sécurité sociale, alors que les médicaments, eux, sont pris en charge. Cela renforce le recours fréquent aux psychotropes. Et si l’on se soignait par les plantes? Le millepertuis est une plante reconnue comme antidépresseur, mais prudence. «C’est un véritable psychotrope, prévient le Dr Chabannes. Il contient les mêmes principes actifs que les antidépresseurs chimiques, il n’a donc rien de banal.»


Le yoga diminue la sécrétion de cortisol


Face aux petites (et grandes) anxiétés de la vie, les anxiolytiques ne sont pas conseillés. Pas question, par exemple, d’en prescrire à un jeune qui passe le bac ou un examen à la fac, le risque serait qu’il s’assoupisse devant sa copie. «On peut plutôt songer à faire des séances de relaxation ou suivre une thérapie cognitive comportementale (TCC)», propose le Dr Chabannes. Au cours de ces séances, le patient apprend à repérer les situations stressantes et à mieux contrôler les émotions, comportements et pensées qu’elles déclenchent. Le but étant de parvenir à modifier ces pensées négatives. Une méthode qui donne de meilleurs résultats que les médicaments. Et qui est aussi très efficace pour lutter contre les phobies. Les TCC présentent en outre l’avantage d’être rapides. Bien souvent cinq ou six semaines suffisent. Côté phytothérapie, des plantes comme la valériane peuvent être une option intéressante, bien qu’elle contienne des molécules proches de celles que l’on retrouve dans certains médicaments.

Des études ont également montré que le yoga diminue la sécrétion de cortisol, une hormone liée au stress. Sophrologie, méditation de pleine conscience ou acupuncture peuvent aussi être envisagées. «Toutes ces médecines alternatives ont leur intérêt, il suffit au patient de trouver la sienne. La méthode ne sera efficace que si le sujet y croit», confie le Dr Chabannes. Enfin, n’oubliez pas que le sport est un excellent outil pour lutter contre les angoisses. Il entraîne la libération de sérotonine, un neurotransmetteur impliqué dans l’humeur, fait grimper le taux de dopamine dans le cerveau, source d’un effet euphorisant, et stimule la sécrétion d’endorphines, ces neurotransmetteurs liés au plaisir.


Par Juliette Camuzard

Attachement et Perte : question de vie ou de mort, by Alan Eppel (traduction Denise Schiffmann, psychologue clinicienne)

La dialectique entre l’amour et la perte constitue une dynamique centrale dans l’histoire humaine.
L’aspiration à l’amour et l’inclination à souffrir de sa perte représentent les émotions humaines les plus profondément ressenties. Un tel constat n’est une surprise pour personne. Notre besoin de nous attacher à l’autre est fondamental et primaire de la nature humaine. Il s’agit finalement d’une question de vie ou de mort ; sans attachement, le bébé se voit confronté à une perspective d’isolement, d’exposition, de famine et de mort. Au cours de l’ère géologique, les mammifères ont évolué selon un programme neurobiologique, qui promeut la proximité entre la mère et son enfant. Ce système de proximité mère-enfant, connu sous la dénomination de l’attachement, est inné. Réciproquement, la mère possède génétiquement un système émotionnel, lui permettant de prendre soin et de nourrir. Cette inclination à l’attachement demeure tout au long de notre vie. Elle détermine la nature de nos relations. L’expérience subjective de se sentir en lien de façon positive avec une tierce personne peut être considérée comme fondamental pour ce que nous appelons globalement «amour». A l’inverse, la séparation s’accompagne de tristesse et de désespoir. Plus d’un demi siècle après la transformation radicale du paradigme de la relation d’objet de John Bowlby à travers la loupe de la théorie de l’attachement, on a pris conscience de l’énorme importance de sa pensée comme modèle pour la pratique des psychothérapies dynamiques et axées sur les émotions. Nombre des concepts fondamentaux de Bowlby se sont inspirés de précurseurs dans ses collègues ayant travaillé à l’école des théories de relations d’objet en Angleterre. Le principe fondamental de Fairbairn, selon lequel l’ego est à la recherche de l’objet, est analogue au besoin d’attachement. Le concept de Michael Balint, l’amour de l’objet primaire, identifie également ce besoin humain universel. Bowlby a traduit ces métaphores psychanalytiques dans le langage et la science de l’éthologie (la science du comportement animal). Le système constituant l’attachement s’articule autour d’un programme interactif et réciproque entre mère et enfant. On peut distinguer trois composants primordiaux constitutifs de l’attachement : la recherche de proximité ; la détresse de la séparation et un socle dé sécurité. La recherche de la proximité avec la principale figure d’attachement ainsi que l’expérience de détresse face à la séparation préfigurent de systèmes neuronaux innés chez l’enfant, dès que la mère s’éloigne. La mère est dotée du programme correspondant pour répondre aux pleurs de détresse de l’enfant. Jaak Panksepp (1998) a mis en lumière les mécanismes neurobiologiques sous-jacents impliqués dans le système de l’attachement. Il décrit les liens sociaux et le système de détresse face à la séparation comme l’un des sept systèmes affectifs fondamentaux, qui prennent leurs sources dans les zones cérébrales sous- corticales des mammifères. Il a qualifié le système maternel de système soins/dévouement maternel et la séparation comme le système de panique  ou deuil/détresse  (Panksepp, 2009). L’attachement sécurisant se développe quand la mère est réactive et ajustée aux besoins de l’enfant de recevoir des marques d’affection, d’être touché, nourri et soulagé de tout inconfort. L’ajustement fait référence à l’interaction mère-enfant mutuellement empathique, stimulée par les échanges en face à face, par les sourires, le regard, le contact physique, le toucher et le rythme de la parole. C’est à proximité de la mère que l’enfant peut éprouver des sentiments positifs de satiété, plaisir et valeur intérieure. Quand la mère ou toute autre figure d’attachement d’origine est constamment en mesure de répondre aux besoins de l’enfant, ce sentiment de valeur intérieure devient le fondement du bon développement identitaire. L’état émotionnel de l’enfant est, dans une large mesure, déterminé par la proximité et la réaction ajustée de la mère.

Alan Sroufe (1996) a repris cette idée en mettant en avant que l’attachement correspond à la «régulation dyadique de l’émotion». La relation dyadique a la faculté d’apaiser la détresse et d’amplifier les émotions positives de joie et d’enthousiasme ou à l’inverse d’aggraver des états de détresse et de mal-être.
Schore (2011) a émis le postulat selon lequel la qualité des relations d’attachement est particulièrement cruciale dans les trois premières années de la vie et a un impact majeur sur le développement, en particulier en ce  qui concerne l’hémisphère droit et le système limbique. La figure d’attachement d’origine ne doit pas nécessairement satisfaire les besoins de l’enfant constamment. En fait, un taux de réponse de 100% serait loin d’être optimum pour le développement de l’enfant, qui doit apprendre à développer une certaine tolérance à la solitude. Winnicott parle de « la mère suffisamment bonne », qui correspond au dosage de sensibilité et de bon ajustement, assurant un développement psychologique sain pour l’enfant.
Edward Tronick (1998) a approfondi notre compréhension, en identifiant trois types d’interactions mère-bébé :
Le premier type correspond à la coordination entre l’interaction mère-bébé et un comportement et un affect ajustés, qui entraîne une émotion positive chez le nourrisson.
Deuxième type : il identifie une interaction mal coordonnée, une inadéquation ou un manque d’ajustement. Tout décalage peut entraîner la non satisfaction des besoins de l’enfant, qui expérimente la douleur de la séparation, la peur, la gêne et des sentiments profonds de faillibilité. Si le décalage est trop répétitif, l’enfant grandit avec un sentiment d’insécurité dans son attachement et un sens profond de faillibilité et d’incapacité à être un objet d’amour, sentiments qui forment la base de sa personnalité. Toutefois, une certaine dose de décalage est nécessaire à l’enfant pour lui permettre de se différencier et s’individuer de la mère (cf Winnicott, 1965). Troisième type : Tronick aborde la notion de « réparation », mouvement, allant d’un état mal coordonné à un état coordonné, avec une mère et son enfant interagissant à nouveau en résonance mutuelle. Ce type d’interaction peut conduire au soulagement et éliminer toutes émotions perturbatrices pour revenir à des sentiments et sensations positifs. Avec une expérience répétée de réparation, l’enfant peut retrouver un sentiment positif de son Soi intérieur et la foi, que tout peut être réparé. La réparation empathique de mauvais ajustements est le vecteur d’un attachement sécurisant. La réparation peut également favoriser le développement de capacités à endurer les privations et les difficultés, en un mot le développement de la résilience psychologique.
Le système de l’Attachement est un système d’exploitation affectif, composé de deux aspects : tout d’abord, les composantes comportementales et d’action et d’autre part les états affectifs internes, qui les déclenchent et les accompagnent. Lorsque l’enfant est séparé de la mère, il éprouve des sentiments de tristesse ou de dépression, qui débouchent sur des comportements variés, comme pleurer, se mettre en quête et s’agiter physiquement. En réponse, la mère éprouve des sentiments d’inquiétude et de désir de prendre soin du bébé. Pour le nourrisson, se sentir aimé représente le sentiment fondateur d’un attachement sécurisant. Pour la mère, le sentiment profond d’aimer correspond au sentiment réciproque de celui du nourrisson. La dopamine et l’ocytocine sont deux substances chimiques cérébrales, étroitement impliquées dans le contrôle et l’expérience d’attachement et d’amour (Panksepp, 1998). Lorsque l’environnement, procuré par la mère, est fréquemment mal ajusté et sans réponse, l’enfant expérimente une trop grande séparation, et éprouve tristesse, chagrin et dépression. Confronté à une telle situation, l’enfant peut grandir avec le sentiment d’être mal aimé et ne pas se considérer comme objet d’amour.
Les abus physiques et sexuels provenant de figures d’attachement forment les deux aspects les plus extrêmes d’un attachement raté. Les enfants maltraités grandissent avec un fort sentiment d’insécurité et de méfiance dans les relations. En lieu et place de l’apprentissage d’une régulation émotionnelle saine fondée sur l’attachement dyadique, ces enfants font l’expérience de la terreur et de l’extrême douleur psychologique de la violence. Ils grandissent sans savoir s’auto-apaiser ni moduler leurs émotions. Ils montrent une instabilité affective évidente ou selon les termes de Marsha Linehan, un dérèglement émotionnel sévère (Linehan, 1993). Les enfants souffrant de troubles de l’attachement profonds développent des sentiments de solitude intense. Leurs attachements à l’âge adulte sont précaires et se caractérisent souvent par l’évitement ou des préoccupations anxieuses. Ces adultes peuvent souffrir de diagnostics de stress post-traumatique complexe et/ou de trouble de la personnalité borderline. Un enfant, qui grandit dans un environnement non-aimant peut être contraint à de réprimer ses véritables sentiments. Il en résulte souvent de la nécessité pour lui de tenir compte d’un parent exigeant et abusif. L’enfant est obligé de réprimer ses émotions authentiques et ses pensées. Ce qui conduit à l’émergence d’un faux self (Winnicott, 1965).

L’inverse de l’attachement est la séparation ; l’inverse de l’amour est l’affliction. L’intensité de l’affliction est proportionnelle à celle du lien d’attachement et de sa composante ressentie, l’amour. Le système de l’attachement représente un système de survie. En conséquence, la perte de l’attachement ou la menace de perte de l’objet d’attachement entraîne la peur. Selon les termes de Freud : « Rien ne nous laisse autant sans défense contre la souffrance que dés lors que nous aimons, jamais si désespèrement malheureux que lorsque nous perdons l’objet d’amour ou son amour » (Freud, 1930).
La séparation, la perte de l’attachement sont les sources principales de l’anxiété. La peur de la séparation et de la mort sont à divers moments du cycle de vie inextricablement liés. La mort correspond à la perte définitive des liens d’attachement. Erich Fromm a reconnu l’importance d’une séparation essentielle pour l’homme et de l’isolement. « La prise de conscience de sa solitude et de la séparation, de son impuissance devant les forces de la nature et de la société, tous ces éléments conduit à rendre son existence dans la séparation et la désunion comme une prison insupportable. L’expérience de séparation produit de l’anxiété ; c’est en effet le creuset de toute forme d’anxiété. » (Fromm,1956)
Les nourrissons confrontés à une perte réagissent par des protestations et des tentatives pour récupérer la mère (Bowlby 1980). L’enfant développe de la détresse, pleure, montre des comportements d’agitation et cherche sa mère dans l’environnement. Il languit profondément la mère mais si elle ne revient pas, l’enfant perd espoir et tombe dans l’aboulie le repli. Il éprouve une « indicible détresse » et du désespoir (Bowlby, 1980). Il éprouve surtout un sentiment d’extrême abandon et de solitude. Les adultes confrontés à une séparation ou une perte lors d’un décès traversent les mêmes émotions : révolte, désespoir, retrait, sentiments de solitude. L’intensité peut être telle qu’elle peut conduire celui qui souffre à envisager le suicide.
L’attachement lui est un système préservant la vie.
La perte de l’attachement met la vie en danger.
Dans la phase de protestation, la colère peut s’exprimer verbalement ou avec violence. Les hommes préoccupés d’extrême attachement sont possessifs et abusifs avec l’objet d’amour. Ils peuvent ainsi démontrer une rage extrême après la séparation et présenter un risque d’homicide à l’endroit de l’époux et/ou du nouveau conjoint : « si je ne peux t’avoir alors personne d’autre ne le pourra non plus ». Voilà un scénario possible d’homicide-suicide.
Notre sens du Soi et de notre identité évolue à travers nos relations d’attachement au cours de notre enfance.
Les patients affectés d’attachement insécure tels que les troubles de la personnalité borderline, déclarent souvent se sentir « invisibles », non perçus par les autres. La perte ou l’abandon peuvent conduire au suicide. L’idée d’être seul apparaît comme insupportable. Le deuil entraîne souvent une perte d’identité, comme l’expriment les personnes veuves après des mariages de longue durée. Peuvent s’en suivre le désespoir et la perte de volonté de vivre. Sans l’autre, le « Toi » dans la relation « Je-Tu » (Buber, 1970), il n’existe pas de « je ».

Implications pour la psychothérapie

L’amour et la perte sont au cœur de la vie et constituent des thèmes récurrents en psychothérapie. La psychothérapie tente d’atteindre l’espace entre l’attachement et la perte dans un effort de soulagement. Bowlby a reconnu que sa théorie avait des applications psychothérapeutiques (Bowlby, 1977) : au premier rang desquels fournir au patient une base solide pour explorer les relations et l’aider à voir ses difficultés actuelles à la lumière de ses relations d’attachement. La théorie de l’attachement est devenue un composant essentiel de nombreuses psychothérapies. Elle s’est étendue à la pratique psychanalytique soutenue par un certain nombre de thérapeutes et de chercheurs contemporains (Fonagy, 2001).

La psychothérapie tente d’atteindre l’espace entre l’attachement et la
perte dans un effort de soulagement.

Selon la description de Martin Buber (1961) la rencontre véritable, qui se produit pleinement dans un moment présent en dehors du temps et de l’espace entre deux être humains. L’essence de l’humanité se définit par ce dialogue, la vraie rencontre, où deux profondeurs se connectent.

Bowlby, J. ( 2002) Attachement et Perte Vol 3 Editions Puf.
Bowlby, J. (1977) The Making and Breaking of Affectional Bonds British J. Psychiatry 130,421-31
Buber, M. (2001) Je et Tu. Editeur Aubier
Buber, M. (1961) Between Man and Man. London. Fontana
Davanloo, H. (1990) Unlocking the unconscious: Selected papers of Habib Davanloo. New York.
Fonagy, P. (2004) Théorie de l’attachement et psychanalyse. Editions Erès
Fosha, D. (2000) The Transforming Power of Affect. New York. Basic Books.
Freud, S. (1923) Le Moi et le ça. Editeur : Petite bibliothèque Payot
Fromm, E. (1956) L’art d’aimer. Editeur : Desclée de Brouwer
Linehan, M. (2000) Traitement cognitivo-comportemental du trouble de personnalité Etat-Limite. Editeur : Médecine et Hygiène
Panksepp, J. (1998) Affective Neuroscience: the foundations of human and animal emotions. Oxford University Press
Panksepp, J. (2003) Feeling the Pain of Social Loss. Science v.302 237-239
Panksepp, J. (2009) Brain Emotional Systems and Qualities of Mental Life: From Animal Models of Affect to Implications for Psychotherapeutics, in Fosha D, Siegel D, Solomon M: The Healing Power of Emotion. New York. Norton
Schore, A. N. (2001). Effects of a secure attachment relationship on right brain development, affect regulation and infant mental health. Infant Mental Health Journal, 22, 7-66.
Sroufe, A. (1996) Emotional development: the organization of emotional life in the early years.New York. Cambridge University Press
Tronick, E. (1998) Dyadically Expanded States of Consciousness and the Process of Therapeutic Change. Infant Mental Health Journal. Vol. 19, 290-299
Winnicott, D. (1965a) The Maturational Processes and the Facilitating Environment: Studies in the Theory of Emotional Development. London Hogarth
Winnicott, D. (1965b) Ego distortion in terms of true and false self, in The Maturational Processes and the Facilitating Environment: Studies in the Theory of Emotional Development. London Hogarth