Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘société’

Nature is Medicine — Even in a Prison Cell

Trees are the earth’s endless effort to speak to the listening heaven.
–Rabindranath Tagore

by Nalini Nadkarn

The “Moss-in-Prison” project helped me bring my love for trees and forest to men and women in the deepest windowless reaches of the prison system.

“We learned that the inmates who viewed nature videos committed twenty-six percent fewer violent infractions than those who did not view them, a convincing result for the prison officers and administrators—and for ourselves.” Photo by Samuel Zeller/Unsplash

When one is in love—especially with something as huge and beautiful and complex as trees—there is an urge to share this emotion with everyone, especially to those who have no opportunity to experience such feelings themselves. As my love of trees and canopy biota expanded, I sought to share my connections to nature with people who live in places where it is absent, just as a new bride might urge those sitting on the sideline of her wedding party to find a dancing partner. It occurred to me that the people who live in venues that epitomize the most severe endpoint of environments without nature are those who are incarcerated in prisons and jails, the spaces where nature is not.

In 2003, I started a research project that brought together plants and prisoners. I realized that it would be unrealistic to bring trees to inmates, but I could bring canopy-dwelling mosses inside the concrete walls to connect convicts with living, growing things that need their care. This “Moss-in-Prisons” project included prisoners in a combination research/conservation effort to counteract the destructive effects of collecting wild-grown moss from old-growth forests for the floral trade. Florists, who use moss for their flower arrangements and to pack bulbs for shipment, have created a growing market for mosses harvested from old-growth forests in the Pacific Northwest. Since 2005, the moss-harvesting industry reached an economic value of nearly $260 million each year.

Ecologists have raised concerns about this expansion of this “‘secondary forest product”‘ because they have documented that these moss communities fill important ecosystem roles. They take over three decades to regenerate, far longer than what would make for sustainable harvest at present removal rates from these ancient forests. No protocols exist for growing mosses commercially, or in large quantities. If I could learn how best to grow commercially usable moss, perhaps I could create a more sustainable source of moss and relieve the pressure of wild-collecting from old-growth forests. To do so, I needed help from people who have long periods of time available to observe and measure the growing mosses, access to extensive space; and, most important, fresh eyes and minds to put forward innovative solutions. These qualities, I thought, might be shared by many people in prison.

The biology of mosses also makes them suitable for novice botanists, because mosses possess “poikilohydric” foliage, which means their thin foliage wet and dry rapidly, allowing them to survive drying without damage and to resume growth quickly after rewetting. Some mosses that have lain in herbarium drawers for over one hundred years have been revived by simply applying a little water and bringing them into the light, reawakened after a century of dormancy in the dark. They therefore tend to be resilient, a characteristic that increased the probability that the prisoners would succeed in nurturing living things.

 

After scouting prisons in my region, I found the Cedar Creek Correctional Center in Littlerock, Washington, directed by Superintendent Dan Pacholke, open to the program. From the beginning, he facilitated all aspects of the project, forging pathways through the Department of Corrections administration. We wished to know which species grow the fastest, and the inmates learned how to distinguish the different types of mosses, built a small greenhouse with recycled lumber, and took notes with the notebooks and pencils I distributed. After eighteen months, we all shared the excitement of knowing which mosses grew fastest.

There were other rewards that I had not foreseen, small and individual, but real. One of the prisoners, Inmate Hunter, joined the horticulture program at the local community college after his release, with a career goal of opening his own plant nursery. “I don’t want to just mow lawns and trim hedges anymore,” he said firmly. “I want to grow real plants.” Another, Inmate Juarez, told me he had taken an extra mesh bag of moss from the greenhouse and placed it inside the drawer of his bedside night table. Each morning, he told me, he opened the drawer to see if the moss was still alive. “And though it’s been shut up in a dark place for so long, it’s still alive and growing this morning,” he said, grinning. And then, more quietly, “Like me.”

This “Moss-in-Prisons” project answered the scientific question I posed, which I valued from the standpoint of a researcher. However, the activities also resulted in better social interactions among the inmates, which was viewed positively by the administrators. The work also provided stimulation and a strong sense of contributing to the Earth, which proved to be of value for the inmates themselves. The superintendent requested other projects, so we brought in faculty to provide science lectures and initiate other conservation projects. These included captive rearing of the endangered Oregon Spotted Frog, the Taylor Checkerspot Butterfly, and seventeen species of rare prairie plants for ecological restoration projects around the state. The practice of inviting incarcerated men and women to actively participate in conservation has now spread across the country to many state prisons and county jails.

Although I felt strong satisfaction in sharing the love of practicing natural history with the inmates we were able to reach in the minimum- and medium-security portions of these prisons, I also felt compelled to find ways to bring nature to those in the deepest reaches of the prison system—men and women in the cellblocks of solitary confinement, where they are held in concrete windowless cells the size of a parking space for twenty-three hours a day, with one hour in a slightly larger concrete exercise room. We could not bring endangered animals and plants—or even lecturers—to these locales because of the high security protocols.

The human environment of hospitals is in many ways similar to those of prisons. The “inmates” of both prisons and hospital wards experience extreme stress and anxiety, as their activities and fate are no longer under their own control. Interior spaces are stark and sterile—for punitive and security reasons for prisoners; for health reasons for patients. Their webs of social interactions are entirely dependent on who might choose to visit them; often these individuals are islands in a frightening sea. Behavioral psychologists have documented that the view of nature outside a window or portrayed on backlit panels can reduce stress and speed recovery. In 2013, I found a maximum security prison in Oregon that was open to the idea of showing nature videos to men in their solitary confinement cellblocks to explore whether this might reduce agitation, anxiety, and the violent infractions that cause injury to inmates and officers. We installed a projector in the exercise room of one of the cellblocks and provided inmates with the opportunity to view the videos during their exercise time—one hour a day, three days a week.

After a year, our surveys and interviews of staff and inmates revealed that they felt lower stress, agitation, and irritability, and were able to carry a “sense of calmness” from seeing the nature video when they returned to their individual cells. Most significantly, we learned that the inmates who viewed nature videos committed twenty-six percent fewer violent infractions than those who did not view them, a convincing result for the prison officers and administrators—and for ourselves. Further work is now needed to learn how this “nature intervention” might work in other prisons, and to understand which elements of nature were most effective in bringing light to the darkest parts of our prison system.

I have been intimate with trees—through the curious eyes of a tree-climbing child, the number-filled notebooks of an academic scientist, the borrowed lenses from people of diverse disciplines and experiences, and most importantly, moving the shuttle of a loom that brings together the intersecting threads of nature and the multiple ways that society comes to perceive and communicate insights about our world. Practicing natural history—and the love that grows organically from that action—is a critical thread in the tapestry that makes up our world, an entity that is complex, connected, useful, strong, fragile, and beautiful.


Nalini Nadkarni is a forest ecologist who pioneered techniques for studying tree canopy communities in tropical and temperate forests, and the author of Between Earth and Sky: Our Intimate Connections to Trees, and other books. She is a professor of biology at the University of Utah. 

Enquête Drogues : les ravages du « chemsex »

Par Baptiste de Cazenove

Le développement du sexe sous drogues, en particulier dans la communauté gay, inquiète les spécialistes. Les produits de synthèse, bon marché et faciles d’accès, aggravent les risques. Les cas de surdose se multiplient.

Prostré dans son canapé, Julien (tous les prénoms ont été modifiés) semble absent, sourd aux rires de ses amis réunis chez lui autour d’un verre. Le timbre rauque, il s’excuse : « Je me suis réveillé à 19 heures, je n’avais pas dormi depuis trois jours… » Le trentenaire vient d’achever un marathon sexuel : des dizaines d’hommes ont défilé dans son spacieux appartement du centre de Paris, des inconnus pour la plupart, sollicités via des applications de rencontres.

Maintenant qu’il se repose, ses quatre invités le charrient et l’assaillent de questions sur cette « performance ». Eux aussi sont des adeptes du « chemsex », le sexe sous drogues, un néologisme formé à partir de chemicals (« produits chimiques », en anglais) et prononcé « kemsex ». Le principe : la recherche d’un plaisir décuplé par la prise de psychotropes. La cible : la communauté gay.

Né avec les changements technologiques

Minuit sonne, les convives finissent de « nettoyer » une assiette de cocaïne et pressent Julien de sortir avec eux dans un club. « Sans moi, répond-il. Je n’ai rien dans le ventre, à part mes antidépresseurs et la PrEP [le traitement préventif contre le VIH]. » Alors, ils lui lancent : « A tout à l’heure pour l’after ! » et s’évanouissent dans des effluves de parfums. Julien se sert une dose de GHB, un stimulant (longtemps surnommé la « drogue du violeur »), puis sort une pipe en verre pour inspirer des bouffées de « crystal », de la méthamphétamine, une substance qui supprime la sensation de fatigue et de faim. La fumée âcre se mêle aux odeurs de détergent émanant d’un séjour récuré avec soin. Et Julien raconte…

Il y a encore trois ans, il n’avait jamais consommé de tels produits mais s’épanouissait comme designer, entouré de sa famille et d’amis fidèles. Puis les drogues se sont immiscées par la porte dérobée de sa sexualité, levant ses inhibitions, accentuant ses sensations, au point de partager avec ses partenaires des « moments fusionnels ».

Les adeptes sont âgés de 18 à 55 ans, issus de toutes les catégories sociales, et consommateurs de GHB, de méthamphétamine et surtout de cathinones 

Le recours à des produits est loin d’être récent dans la communauté gay. Cocaïne et LSD ont attisé la révolution sexuelle dans les années 1970. Le chemsex, lui, est né avec les changements technologiques et l’essor des sites et applications de rencontres. Apparu à Londres, il y a une dizaine d’années, il s’est beaucoup développé depuis.

En 2013, en France, 12,6 % des internautes habitués à fréquenter de tels sites déclaraient avoir fait usage de drogues dans un contexte sexuel durant l’année, selon une étude menée notamment par l’Institut national de recherche médicale (Inserm). Les adeptes sont âgés de 18 à 55 ans, issus de toutes les catégories sociales, et consommateurs de GHB, de méthamphétamine et surtout de cathinones, un des nouveaux produits de synthèse (NPS).

Sentiment d’accélération, d’impuissance

Classées comme stupéfiants en 2012, les cathinones imitent une substance psychoactive contenue dans le khat, un arbuste africain. Julien les commande sur son smartphone à des prix attractifs : entre 10 et 20 euros le gramme, contre 60 à 80 pour la cocaïne dans la rue. Le paquet lui parvient dans sa boîte aux lettres.

« Les NPS sont principalement produits en Chine et importés par des entrepreneurs opportunistes, et non par les filières du crime organisé, rapporte Thomas Néfau, pharmacien chargé d’étude à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Les colis sont le plus souvent réceptionnés en Europe de l’Est ou aux Pays-Bas, puis réexpédiés au détail aux consommateurs. »

Bien sûr, Julien a cherché de l’aide – auprès d’un addictologue, en 2017. Sans résultat.

Sa pipe en verre à la main, Julien reprend le fil de son récit. La hausse progressive de sa consommation… Le « petit week-end festif » qui déborde sur les lundis, suivis des mardis, jusqu’à la perte de son emploi, il y a trois mois – sans que sa famille le sache – et ce sentiment d’accélération, d’impuissance… Il abandonne le sport, sort moins de chez lui ; ses amis d’enfance, négligés, se détournent. « Je ne me suis jamais senti aussi seul, confie-t-il. Je ne ressens plus rien, aucune joie. »

Même son plaisir sexuel sombre dans l’accoutumance aux drogues. Seuls la culpabilité et un mal-être l’accablent lors des phases de « descente », quand les effets se dissipent, immédiatement noyés dans de nouveaux excès. Bien sûr, il a cherché de l’aide – auprès d’un addictologue, en 2017. Sans résultat. Il s’interdit les injections par intraveineuse, le « slam » dans le jargon des chemsexeurs. « Mais pour combien de temps encore ? », s’interroge-t-il.

D’après Maitena Milhet, sociologue chargée d’études à l’OFDT, ce mode de consommation, inexistant parmi les gays il y a encore dix ans, demeure minoritaire et tabou, en raison de l’image de junkie renvoyée par l’usage d’une seringue, mais se « banaliserait » tout de même dans « certains cercles ».

« La grande majorité de chemsexeurs ne sont pas en danger et gèrent leur consommation », tempère Fred Bladou, de l’association Aides.

De la sueur perle sur le front de Julien. Il s’irrite de ses réflexions, saisit son téléphone, et se plonge dans ses applications, comme hypnotisé par une succession de vignettes d’hommes dénudés. Le moment est venu pour lui de recruter des partenaires en vue du retour de ses amis, dans quelques heures.

Selon les spécialistes, la vulnérabilité aux drogues provient souvent de l’inexpérience des usagers. Mais « la grande majorité des chemsexeurs ne sont pas en danger et gèrent leur consommation », tempère Fred Bladou, chargé de mission « drogues et prisons » à Aides, l’association de lutte contre le sida.

Une oreille bienveillante

Antoine est l’un d’eux. Voilà sept ans que ce colosse de 46 ans, ancien cocaïnomane, pratique le slam. Attablé dans un restaurant du quartier parisien où il exerce sa profession de juriste, il met en garde : « Le slam est un plaisir, mais il suppose d’être responsable. » Lui-même assure se limiter à « des moments choisis et occasionnels », sans impact sur sa sociabilité ou son emploi.

Antoine confie avoir traversé « une première phase addictive incontrôlée ». Des années après, un burn-out professionnel se percute avec la mort d’un ancien compagnon, après une overdose liée au chemsex. « J’ai compris que le slam n’était pas anodin, se souvient-il, et j’ai ressenti le besoin d’être écouté et de m’informer. » C’est un médecin gay qui lui offre une oreille bienveillante avant qu’il n’intègre, à Paris, un groupe de soutien, au Spot Beaumarchais, un centre de santé sexuelle de l’association Aides.

Cet atelier accueille, dans un cadre confidentiel, une douzaine de participants, réunis chaque mardi soir autour de thèmes liés au plaisir ou à la gestion des descentes. A l’origine de cette initiative, Stephan Vernhes, responsable du centre : « Entre mai et septembre 2016, j’ai perdu six de mes connaissances parmi mes 700 contacts Facebook. Trois overdoses et trois suicides. Il fallait briser le tabou du chemsex et apporter des solutions pour lutter contre l’isolement des usagers. »

A ce jour, plus de 150 personnes ont assisté à ces réunions, pour 600 visites au total, et un nouveau groupe dédié au sevrage se met en place. Depuis, ce dispositif a essaimé à Marseille, Lyon et Nice.

Augmentation des risques sanitaires

Si les ressorts intimes du chemsex paraissent variés, M. Vernhes y décèle « une échappatoire à la solitude affective, à l’ennui et à l’insatisfaction sexuelle ». Ce phénomène serait aussi une réponse à l’injonction de performance imposée par la société. Antoine, pour sa part, évoque un « paradis artificiel » capable d’abolir les « normes de beauté et de jeunesse », essentielles chez les gays. Les risques sanitaires, eux, augmentent. La direction générale de la santé (DGS) s’inquiète ainsi de ce que le chemsex « participe au maintien de la dynamique de l’épidémie de VIH et à l’augmentation des infections par le virus de l’hépatite C ».

Il y a urgence : les décès s’enchainent, souvent des quadras, assidus des salles de sport et victimes de crises cardiaques.

Face à ces consommateurs, Aides a adapté ses actions. En 2017, l’association a mis en place un numéro d’urgence puis créé un groupe Facebook, permettant à près de 1 100 membres de s’informer ou de crier leur détresse. Aides commence par ailleurs à intervenir dans des sex parties privées, par exemple dans une ville d’Occitanie où se réunissent deux fois par mois jusqu’à 70 chemsexeurs, et propose des dépistages du VIH ou du matériel d’injection. Ces initiatives sont en partie soutenues par la DGS et intégrées à la stratégie nationale de santé sexuelle 2017-2030.

De fait, il y a urgence : les décès s’enchaînent, souvent des quadras, assidus des salles de sport et victimes de crises cardiaques. Sur vingt et un cas de surdoses mortelles à Paris en 2015, trois sont liés à l’usage de cathinones en slam, rapporte l’OFDT dans sa première étude sur le chemsex, publiée en 2017. Ces données sont néanmoins lacunaires à l’échelle nationale. Selon certaines estimations, de 35 à 40 décès auraient eu lieu en 2016 et 2017, overdoses présumées et suicides par injections confondus.

Admissions en réanimation

A Paris, le phénomène est particulièrement inquiétant. « Ces cinq dernières années, surtout depuis deux ans, une trentaine de patients ont été admis en réanimation pour des intoxications aux NPS. Les trois quarts de ces cas sont liés au chemsex », constate Bruno Megarbane, chef du service de réanimation médicale de l’hôpital Lariboisière.

« Des professionnels de santé n’ont initialement pas su ou voulu identifier ce phénomène tabou qu’est le chemsex, d’autres ont été démunis face à la prise en charge ».

En septembre 2017, Aides a également recensé, à Lyon, quatre décès par surdoses présumées en deux semaines. « Ces morts auraient pu être évitées, s’insurge Fred Bladou. Depuis six ans, nous alertons l’Etat, qui n’intervient qu’à minima via la DGS et [l’agence nationale] Santé publique France. Nous réclamons en vain de distribuer aux usagers des kits pour qu’ils analysent eux-mêmes les produits, parfois frelatés. Mais les politiques n’ont qu’une réponse pénale et morale à offrir aux usagers, selon la loi de 1970 » qui les condamne d’emprisonnement. Pourtant, « la répression n’enraye ni la consommation ni les trafics ; elle stigmatise les usagers et les pousse dans la clandestinité, loin des structures de soins. »

Ce déni n’est pas le seul apanage des autorités, d’après Thomas L’Yavanc, infectiologue à l’Hôtel-Dieu, à Paris : « Des professionnels de santé n’ont initialement pas su ou voulu identifier ce phénomène tabou qu’est le chemsex. D’autres ont été démunis face à sa prise en charge. Et la communauté homosexuelle et les associations l’ont parfois minimisé, préférant ne pas être moralisatrices envers les usagers. »

Enracinement dans des zones rurales

Egalement addictologue au 190, un centre de santé sexuelle, M. L’Yavanc s’inquiète de « l’explosion de la demande de prise en charge d’addictologie, sur fond de services spécialisés saturés à Paris et déficients en régions ». Une situation préoccupante, car « la crise sanitaire n’a pas atteint son pic », prévient Stephan Vernhes. Des molécules de synthèse toujours plus puissantes sont découvertes chaque semaine en Europe. Le chemsex s’enracine dans des zones rurales, et cette tendance s’installe, constate la DGS, chez « certains jeunes » hétérosexuels.

Le jour s’est levé, dévoilant le visage blême de Julien, qui calfeutre les fenêtres. Des volutes de « crystal » se dissipent dans les rares chuchotements de ses quatre acolytes, tout entiers obnubilés par les écrans de leur téléphone, à l’affût d’inconnus disposés à les rejoindre pour un énième marathon sexuel. D’ici là, les basses d’une musique électro comblent le vide. Le temps filera ainsi les cinq prochains jours, dans l’illusion d’un plaisir halluciné.

Fléau des écrans et des images ou monde en mutation ? Par Linda Gandolfi

Notre monde file à toute vitesse. Où court-il si vite ? Nul ne le sait. À sa perte affirment certains. C’est possible, mais l’histoire nous a montré que ce monde est aussi plein de rebondissements et que ce qui se joue en surface cache souvent des processus évolutifs profonds.

Aujourd’hui, la plus grande mutation sociétale à laquelle nous assistons est celle de l’envahissement des écrans, des images et de cette mise en réseau qui relie chacun à tous. Mutation vertigineuse par la rapidité de son extension mais aussi passionnante si on considère que l’image est le support emblématique de la construction individuelle. Quelles sont les conséquences d’une telle mutation pour les enfants ? Nous analyserons dans un premier temps l’origine des risques d’addiction provoqués par l’image au cours de la construction psychique de l’enfant puis tenterons de replacer cet envahissement de l’image dans l’évolution du sujet.

I L’addiction à l’image

Rôle fondateur de l’image maternelle
L’expérience de la vision est une étape essentielle dans la construction du sujet qui fait passer progressivement le nouveau-né de l’hallucination à la réalité du monde. Plongé dès sa naissance dans la contemplation du visage de sa mère lors des échanges et plus particulièrement lors des tétées, le nourrisson s’abreuve à cette image dont il apprend à connaître les moindres expressions. Une présence apaisante qui répond à ses besoins, calme ses angoisses et qu’il ne distingue pas encore de sa propre réalité. C’est à partir de cette vision rassurante, reconnaissable entre toute, que le monde autour de l’enfant va prendre forme jusqu’au jour où, quelques mois plus tard, en apercevant son visage au côté de celui de sa mère dans le miroir, il va découvrir avec ravissement qu’il a, lui aussi, une existence propre et distincte.
Ce premier lien à l’imago maternelle est fondateur de l’ancrage dans l’existence. L’image est ce qui soude les éléments du monde en donnant corps à cette première représentation de soi dans le monde. Voir le monde, en appréhender les formes, en mesurer la profondeur métonymique et en restituer la teneur métaphorique par le langage, constituent l’expérience fondatrice qui conduit le sujet à la conscience de sa propre réalité et de celle du monde qui l’entoure.
Reflet narcissique indispensable, l’image conserve tout au long de la vie sa fonction dionysiaque reliant le sujet à son origine fondatrice. Elle agit comme un lieu de ressourcement imaginaire qui stimule la créativité et qui peut aussi représenter un refuge quand la réalité du monde est trop dure, voire trop tranchante. Elle est ce réservoir fantasmatique où chacun peut venir se ressourcer narcissiquement. Regarder une série télé ou un match de foot après une journée de travail est un moment agréable qui a l’avantage de déconnecter quelque peu le cerveau des soucis et des préoccupations quotidiennes. Nul ne saurait le nier. Mais point trop n’en faut car c’est là aussi, dans ce ressourcement que réside la régression et le risque d’addiction.

Danger passéiste de l’image
Supports essentiels de son ancrage dans le monde, les premières images qui entourent le nourrisson sont aussi porteuses de cet élément intemporel qui, s’il nous échappe consciemment, n’en est pas moins efficient. En effet, dans l’impact négatif des jeux vidéo par exemple, le danger vient de ce que l’image renvoie à une jouissance passéiste qui capte le regard et le détourne de la réalité du présent. Proche du rêve, l’image des écrans peut alors agir comme une dangereuse drogue ce qui explique aujourd’hui les dépendances aux jeux vidéo de nombreux adolescents ou jeunes adultes. Ainsi, un enfant qui passe ses journées sur les écrans de manière compulsive est incontestablement sur une pente dangereuse, mais on oublie trop vite que ce mouvement est dans un premier temps, un processus protecteur d’une réalité par trop agressive que l’enfant ne peut appréhender. Le problème n’est pas la consommation d’images mais ce qu’elle révèle de l’impasse d’accès à la réalité. Il importe de voir dans tout mouvement régressif le côté défensif et protecteur de la psyché. En effet, si l’image possède ce pouvoir passéiste, elle contient aussi un élément progressiste dans le sens où son temps spatialisé recèle les ferments du futur. Autrement dit, l’image n’est pas que cette information superficielle, elle contient un contenu symbolique qui la relie au présent par son universalité. Tout comme le visage de la mère et ses mimiques sont déterminants dans la transmission du désir de vivre, l’image est porteuse d’un message qui n’est pas neutre et qui fascine au lieu même de la difficulté rencontrée par l’enfant.
Par conséquent, la forte consommation d’images correspond à un remplacement temporaire et artificiel du lien maternel dont l’enfant ne peut s’émanciper. S’éloigner du point d’ancrage suppose pour tout individu que le principe de réalité est bien installé. Dans le cas contraire, le détournement de la fonction imaginale vient nourrir un lien de dépendance à la mère et le symptôme addictif signale la difficulté d’émancipation. Si l’image est très liée la mère, le rôle du père n’est pas moins important dans la mesure où il vient permettre à l’enfant d’opérer ce lent détachement maternel. Comme tout processus de défense, l’addiction est dans un premier temps un élément stabilisateur qui donne un sentiment d’unité et libère de l’angoisse du réel. La consommation d’images vient combler le manque qui ne peut être assumé. Le comportement addictif est le symptôme qui permet de pallier à la défaillance psychique tout en soulignant les effets nocifs de cette dépendance.
Il faudra ainsi aller chercher dans la relation des parents à l’enfant ce qui n’a pas permis à ce dernier de se structurer. Qu’est-ce qui dans la relation triangulaire entre l’enfant, sa mère et son père doit être corrigé pour le rassurer, lui donner les forces nécessaires pour appréhender le monde et se passer de ce substitut maternel que représente alors l’écran. En effet, il n’est pas rare de voir des enfants dès l’âge de deux ans tapoter sur l’iphone de leurs parents et reconnaître les icones de jeu. Difficile aussi de limiter le temps de jeu vidéo d’un adolescent.
Le sevrage de l’image tout comme le sevrage d’alcool et de drogue n’est jamais que le prétexte d’une sevrage maternel lui-même support de l’accès à la réalité. Si aujourd’hui les enfants paraissent particulièrement accrochés à leurs écrans, il ne faut pas oublier que les adultes regardent en moyenne la télévision trois heures par jour ce qui dénote, chez eux aussi, un fort besoin de ressourcement fantasmatique. Et encore, nous ne parlons pas ici des besoins fantasmatiques sexuels qui font le succès grandissant de la pornographie sur le net. Par conséquent, ce rôle fondamental de l’image dans la construction de l’unité psychique permet de supposer que la sollicitation des images a peut-être quelque chose à voir avec cette unité du sujet et plus précisément son renforcement face à un monde qui ne cesse de se complexifier.

II – Image et évolution du sujet

S’il y a un danger incontestable à consommer trop d’images quel pourrait en être néanmoins le bénéfice ? Peut-on voir dans cette démultiplication des écrans un défi pour l’évolution du sujet ? En effet, si on considère le rôle fondamental de l’image dans l’accès du sujet à la réalité de ce monde, quel sera l’impact sur la psyché de ces multiples écrans notamment sur une longue période ? Deux éléments sont à prendre en compte : l’impact de la multiplicité des écrans et l’impact de la virtualité du monde de l’image.

La multiplicité des écrans 
Lorsque que nous sommes face à un écran sur le net par exemple, le sujet est seul face au « tout » du monde. Il est seul face à une multiplicité qui est certes différente de ce qu’il se passe lorsqu’il regarde la télévision. En effet, avec l’écran de télévision, le monde s’invite dans notre salon et s’impose, il n’y a pas de véritable échange. L’enjeu pour l’enfant est de faire la différence entre cette image qui renvoie une fiction plus ou moins réelle du monde du dehors et la réalité c’est-à-dire celle de ses repères intérieurs et de ses parents. Les enfants seront bien évidemment attirés par ces images surtout celles des dessins animés qui les fascinent par le mouvement et les couleurs qu’elles proposent. Certaines chaines se sont aujourd’hui spécialisées dans la diffusion de programmes pour bébés. Ça marche dans la mesure où le nourrisson y trouve des images qui correspondent à sa vision hallucinatoire. Cela représente un premier danger peut-être plus grand que le net dans la mesure où l’effort de différenciation des images réelles et des images fictives que devra faire l’enfant est intense notamment s’il reste longtemps devant l’écran télévisé à un très jeune âge. Et les parents sont bien évidemment tentés d’en profiter car pendant ce moment là, l’enfant se calme et peut rester un long moment dans son transat.
Avec le net, on franchit une étape dans l’accès au monde du fait que l’on peut interagir et cela où que l’on soit. Ce « tout » du monde qui arrive par l’écran est accessible à chaque instant ; il peut ainsi être symboliquement rapproché du « tout » de la mère, du « tout » des premiers moments de la vie comme si l’universalité de l’écran nous renvoyait à ces premiers instants fondateurs de l’existence. Le danger d’addiction est certes d’autant plus grand que la sollicitation des images est plus importante. C’est en cela sans doute que le phénomène des écrans permet de supposer qu’au delà des effets négatifs, l’expérience invite aussi à un renforcement du Moi du sujet et par conséquent un renforcement de l’individualité. Les écrans fonctionnent comme autant de miroirs de nous-mêmes et renvoient à une sollicitation du monde quasi permanente qui exige une forte individuation. Le risque d’addiction étant de fait plus grand, la question de l’unité individuelle qui relève de la construction psychique se pose avec d’autant plus d’acuité.
Cela implique une conscience de la réalité plus précoce chez l’enfant et de fait, une conscience de la réalité qui doit aussi progresser chez les adultes qui les entourent et qui sont eux aussi soumis à l’attraction des images.

La virtualité des images
Avec les progrès de la technique, les images sont devenues pour la plupart virtuelles, c’est-à-dire qu’elles reconstruisent une réalité parallèle au monde réel, une réalité qui a son autonomie.
Il y a les images et derrière les images, il y a les objets. La relation à l’objet est ce qui permet à l’enfant de construire son monde intérieur à partir de la cohérence qu’il va découvrir dans le monde extérieur. La vision s’accompagne du toucher, de l’appréhension des choses, de l’écoute et notamment des mots posés sur les images et les objets. Cette expérience sensible organise la connaissance du monde réel. Or il semble que le monde virtuel vient s’intercaler entre cette réalité vraie et l’illusion de ce monde. La virtualité élève l’image à un statut quelque peu supérieur à celui de l’image plane habituelle dans la mesure où elle est plus proche de la réalité : lorsque j’achète mes billets de théâtre sur internet, je ne suis pas au guichet du théâtre et pourtant ma carte bleue sera bien débitée et tel soir je pourrais récupérer mes billets et assister à la pièce. L’acte virtuel a des conséquences tangibles. Si on prolonge ce raisonnement, on peut penser que la virtualité du jeu vidéo par exemple qui reproduit certaines scènes de la vie a un impact plus important sur la psyché de l’enfant. À ce propos, il est étonnant de constater que la plupart des jeux vidéo empruntent leur scénario aux grandes sagas mythiques de l’humanité. Nous avons montré dans d’autres textes à quel point le mythe en tant que support symbolique de l’image structure l’accès de l’être à la réalité. Ainsi derrière chaque image se cache une histoire symbolique qui devient accessible grâce au mythe. La réactualisation de ces grands mythes met les enfants face à leur devenir plus surement que toutes les histoires que nous pouvons leur raconter ou plus exactement que nous ne leur racontons plus. On peut donc penser qu’au-delà du danger que représente ce monde virtuel il est aussi un accélérateur de l’accès à la réalité du monde dans la mesure où il met les enfants, ici plutôt les adolescents, face à des histoires mythiques qui leur donne un accès à l’universalité. Il s’agit en quelque sorte d’un degré supérieur des contes et histoires légendaires que nous leur racontions avant de s’endormir.
La question peut alors se formuler ainsi : la relation à l’objet virtuel a-t-elle un impact sur la relation à l’objet réel ? Le film Her de Spike Jonze raconte la rencontre amoureuse entre un homme et une voix d’ordinateur. Le scénario est crédible, mais il n’est jamais qu’un prolongement certes plus réaliste des fantasmes éveillés que peuvent faire les jeunes filles quand elles rêvent à leur prince charmant qui prend la forme de l’acteur en vogue du moment. Cela vient en lieu et place d’un processus d’auto-jouissance qui est la réplique de la première phase auto-contemplative du visage maternel. L’adolescent rêve sa vie avant de pouvoir la vivre. Ces fantasmes sont porteurs d’une belle perspective qui met en route le désir en quelque sorte mais ils peuvent aussi devenir inhibants si le sujet ne trouve pas un minimum de réalisation. C’est toujours une question de seuil. Le fantasme est ainsi positif jusqu’à un certain point. Il propulse le sujet vers une réalité mais si ce dernier ne passe pas à l’acte, il peut l’enfermer au contraire dans une impasse. C’est là où les images virtuelles présentent à la fois un extraordinaire accélérateur qui peut bien sur se retourner contre l’utilisateur en l’y enfermant. Ainsi en tant qu’accélérateur de rêve, le monde virtuel semble ouvrir un champ méconnu non pas de l’image mais de la réalité laquelle chemine au côté de la conscience que nous en avons.

L’enjeu pour les parents d’une telle mutation
La multiplicité de ces images et leur « réalisme » réclament par conséquent une plus grande résistance à la pression du monde imaginaire et virtuel qui se fait omniprésent. Comment ? Tout se passe comme si dans cet effet de mondialisation, l’individualisation du sujet et particulièrement celle des enfants, devait monter d’un cran. Appelés à dialoguer avec le monde entier et à rêver leur vie de manière réaliste, ils vont devoir développer cette capacité à jongler entre le monde réel et le monde virtuel .
L’accompagnement des enfants dans cette expérience de la réalité va bien au-delà de l’obligation de poser des interdits et de limiter l’accès aux écrans. Il est bien sur important de poser une limite surtout lorsque l’on voit s’installer une consommation trop importante qui file vers l’addiction. Trois heures de jeux vidéo sont sans doute équivalent à la fumée d’un joint ou à l’ingurgitation de trois ou quatre bières. À consommer donc avec modération et le conseil de Serge Tisseron de modérer l’accès aux écrans en fonction de l’âge est incontestablement à suivre même si tous les enfants ne réagissent pas de la même manière eu égard notamment à leur construction psychique et leur lien à la mère. Mais cela ne suffira pas même si le fait de poser un interdit est un geste important dans la relation parent/enfant. Il s’agit moins de protéger les enfants des écrans que de leur apprendre à s’en émanciper.
La première étape est sans doute de donner l’exemple soi-même en ne jouant pas dès que les enfants sont couchés comme le font un bon nombre de parents. Les jeunes adultes accros aux jeux ou manifestant d’autres formes d’addiction sont nombreux. Il n’est pas rare de voir aujourd’hui des gens de tout âge notamment dans le métro s’acharner sur leur iPhone avec avidité. Or, on ne peut imposer que ce que l’on a soi-même dépassé d’autant que les enfants renvoient les parents à des problématiques d’accès à la réalité inconsciente et parfaitement masquées par une vie souvent rythmée par des horaires de travail intenses.
Comme nous l’avons évoqué plus haut, si l’addiction à l’écran des enfants est un symptôme, ce dernier révèle et met le doigt sur les aspects fantasmatiques de la relation. À ce titre les difficultés de l’enfant sont de véritables miroirs des problèmes enkystés des générations précédentes. Mais plus généralement, on peut penser que la multiplicité des écrans et le danger que cela représente pour les enfants, incite les parents à élever leur propre niveau de conscience et générer ainsi une plus grande compréhension des enjeux relationnels dans l’éducation. L’accroissement du danger addictif oblige à plus de conscience des enjeux de la transmission parent-enfant. Telle nous paraît être aujourd’hui la mission des parents en fonction de l’avenir qui semble se dessiner au travers des nouvelles formes de communication.
Les enjeux de la transmission reposent sur une compréhension de ces jeux de miroir d’une génération à l’autre que l’exploration de l’inconscient peut aujourd’hui mettre à jour. En effet, et c’est le plus important, le plus sur moyen de lutter contre les effets inhibiteurs des images consiste à en activer la portée symbolique. Accéder à la symbolique des images c’est élever ces dernières à un sens supérieur et accompagner les enfants dans leur quête d’expérience et de compréhension. C’est notamment ce qu’ils cherchent dans les jeux vidéo qui ne font que reproduire au fond les grandes étapes mythiques de la vie en mettant en scène la vie, la mort, l’honneur, la trahison, les alliances, les pouvoirs…, autant de situations initiatrices qui font d’eux des aventuriers virtuels.
Les parents d’aujourd’hui doivent être impérativement conscients de l’impact de leur relation dans l’éducation de leurs enfants : la recherche du sens des difficultés rencontrées, l’interprétation des attitudes en apparence incompréhensibles, le décryptage du langage symbolique des enfants vont devoir être les supports de l’éducation. Ils vont devoir élever les niveaux de discussion et répondre à la sollicitation de plus en plus forte des enfants face à l’absurde camusien de l’existence.
À ce titre les enfants sont le réservoir vierge d’une conscience éthique refoulée qu’il va falloir réveiller pour ne pas sombrer dans les pièges d’un monde qui se démultiplie à l’infini dans une réalité de plus en plus clivante. La multiplicité des écrans ne fait que confirmer les modifications profondes de la société lesquelles impactent avant tout la relation aux autres. C’est donc à ce niveau que se joue la formation et l’éducation des nouvelles générations, celles qui vont devoir affronter les conséquences de la mondialisation et donc gérer des modes de rencontre et d’échange certes très différents de ce que nous avons connus. Donner aux enfants l’envie de vivre leur vie plutôt que de la rêver. Pour cela il faut aussi construire un monde qui a un sens.

 Linda Gandolfi, é/a/p paris 2014