Passer son angoisse à la machine,

Passer son angoisse à la machine, par JL Monestès –

 

Et la faire bouillir, pour en conserver l’essentiel, l’essence.

Il n’y a peut-être pas qu’une brûlure dans cette souffrance, qui sait ?

Voici un exemple de transformation de fonction de l’angoisse via un augmental.

Jules : je suis très angoissé à propos de ma meilleure amie. Elle commence à sévèrement déprimer et j’ai peur qu’elle fasse une bêtise. Je fais tout ce que je peux pour l’aider, je lui propose des activités, j’essaie de lui changer les idées, mais rien ne marche. Je suis tellement angoissé pour elle que j’en suis arrivé à l’éviter parfois pour ne pas ressentir l’angoisse de ne pas parvenir à l’aider. Je sais bien qu’en n’allant pas la voir je l’aide encore moins, mais la voir comme ça est presque insupportable pour moi.

D’où vient mon problème ? Pourquoi je suis angoissé comme ça ? Est-ce que je me fais trop de mauvais sang ? Est-ce que je suis trop sensible, ou trop fragile ? Pourquoi je suis angoissé comme ça ?

Thérapeute : vous faites-vous du souci pour Barack Obama ?

Jules : pardon ? Euh, non…

Thérapeute : vous faites-vous du souci pour les migrants en Méditerranée ?

Jules : ce qui leur arrive ne me réjouit pas, j’aimerais pouvoir les aider, mais pour être honnête je ne peux pas dire que cela m’angoisse, non.

Thérapeute : vous faites-vous du souci pour Pierre-Olivier Gaudrillu ?

Jules : euh… qui ?

Thérapeute : un vieux copain à moi.

Jules (amusé) : je ne le connais pas, alors non, je ne me fais pas de souci pour lui !

Thérapeute : vous faites-vous du souci pour Tabaré Aguerre ?

Jules : qui c’est encore celui-là ?!

Thérapeute : le ministre uruguayen de l’agriculture !

Jules (riant) : non, aucun souci pour lui !

Thérapeute : bien, je pense que je sais pourquoi vous êtes angoissé. Vous êtes angoissé parce que vous aimez votre amie et que vous tenez à elle. Vous êtes angoissé parce qu’être fidèle aux personnes que vous aimez est quelque chose qui compte pour vous. Vous n’êtes pas angoissé parce que vous seriez trop fragile ou trop sensible, mais simplement parce que vous aimez votre amie. On se soucie des gens qu’on aime, pas vrai ? Cette angoisse que vous considérez comme un problème est le signe que vous tenez à votre amie et que votre amitié est importante pour vous. C’est une preuve de l’amour que vous lui portez. Ce n’est pas la plus facile à vivre, ce n’est pas celle qu’on vous souhaiterait en priorité, mais c’est bel et bien la preuve que vous aimez votre amie et que la fidélité est importante pour vous.

Il n’y a peut-être pas qu’une brûlure dans cette souffrance, qui sait ? On s’en passerait bien, mais puisqu’elle est là, autant en tirer le meilleur parti, non ? Ca vaut peut-être la peine de regarder en détail ce qu’elle peut vous apporter, ce qu’elle vous apprend sur ce qui est essentiel pour vous.

————————–

NB1 : cette séquence s’inscrit dans un contexte thérapeutique et ne saurait en aucun cas constituer un passage obligé, ni être une baguette magique capable de résoudre tous les problèmes de chaque patient…

NB2: les plus aguerris d’entre-vous peuvent débattre de la caractérisation de cet augmental, entre formative et motivative