bettina masson – psychothérapie corporelle

psychothérapie psychocorporelle


Contre la dépression, la méditation aussi efficace que les médicaments.

Les thérapies basées sur la « méditation de pleine conscience » sont une « alternative » aussi efficace que les traitements avec antidépresseurs contre les rechutes de dépression, selon une étude publiée mardi 21 avril dans la revue médicale The Lancet.

Plus de la moitié des personnes ayant souffert d’une dépression en referont au moins une au cours de leur vie si elles ne suivent pas de traitement préventif. Le risque est accru dans les deux années qui suivent une phase dépressive et chez les personnes qui ont connu plusieurs épisodes de ce type. Jusqu’à maintenant, les « traitements d’entretien » par antidépresseurs au long cours et/ou une prise en charge en psychothérapie constituent le traitement de référence, recommandé pour toute personne présentant un risque de rechute (1).

UNE NOUVELLE MÉTHODE DE THÉRAPIE COGNITIVE

Mais une technique de méditation baptisée « thérapie cognitive basée sur la pleine conscience » (Mindfulness Based Cognitive Therapy ou MBCT en anglais) s’est également révélée efficace pour éviter que la maladie ne revienne. « Il s’agit d’une méthode d’inspiration bouddhiste, laïcisée et codifiée dans les années 1980 à l’Université du Massachusetts pour traiter le stress lié à la souffrance et à la maladie puis adaptée pour que l’esprit du patient se focalise sur l’instant présent et cesse de remâcher ses problèmes en entretenant des pensées et en tenant un discours autodévalorisant et pessimiste », explique Christophe André, psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne, à Paris (2).

Des essais cliniques, menés notamment par Mark Williams de l’Université d’Oxford ou Zindel Segal à Toronto, ont montré que cette technique « réduisait significativement » le risque de rechute. Mais aucune expérimentation n’avait jusqu’à présent permis de comparer réellement son efficacité à celle d’un traitement classique par antidépresseurs.

UNE EXPÉRIMENTATION RIGOUREUSE

Cette fois-ci, une autre équipe de psychologues de l’Université d’Oxford, dirigée par Willem Kuyken, a cherché à tester en parallèle les deux types de traitements pour savoir si la méditation pouvait constituer une « alternative pour les personnes souhaitant arrêter les antidépresseurs ». Les chercheurs ont effectué un essai en « double aveugle », méthode qui permet de comparer rigoureusement deux traitements. Un groupe de 424 patients ayant souffert par le passé d’au moins trois importants épisodes dépressifs a été traité soit par méditation soit par antidépresseurs.

UN RÉSULTAT CONVAINCANT

Au terme d’un suivi de plus de deux ans, les deux « traitements » se sont révélés « positifs » pour éviter ou retarder les rechutes mais sans qu’on puisse établir une supériorité d’une méthode sur l’autre, en termes d’efficacité et de coût. Les auteurs estiment toutefois que « cette étude, ajoutée aux précédents travaux, donne des preuves solides de l’efficacité » de la méditation de pleine conscience « pour les patients qui veulent une alternative » aux antidépresseurs.

DES EFFETS RAPIDES

Un avis partagé aussi en France par Christophe André, qui travaille à Sainte-Anne, dans le premier service universitaire ayant mis en œuvre cette technique, il y a onze ans. « La méditation de pleine conscience présente l’avantage d’être efficace assez rapidement (au bout de 2 à 3 semaines), non médicamenteuse, ce qui est avantageux pour les femmes enceintes ou beaucoup de patients qui préfèrent se passer de la chimie, précise le praticien hospitalier. En revanche, elle implique des contraintes comme l’adoption d’un nouveau style de vie (faire une pause quand ça ne va pas, savourer les moments de bien-être), un peu comme si on s’astreignait à un régime alimentaire ou un exercice physique quotidien. »

La méditation de pleine conscience, dont l’efficacité est désormais avérée, devrait faire l’objet de recommandations officielles de la part des autorités sanitaires françaises.

(1) Les antidépresseurs sont des molécules permettant l’augmentation de la concentration de certains messagers (sérotonine, dopamine, noradrénaline) dans le système nerveux.
(2) A préfacé Méditer pour ne plus déprimer de Mark Williams, John Teasdale, Zindel Segal et Jon Kabat-Zinnn, Éditions Odile Jacob, 2009. Christophe André est également auteur du CD d’accompagnement de l’ouvrage qui propose des exercices de méditation contre la dépression.

Publicités